vendredi 14 octobre 2016

Latium, tome 1 de Romain Lucazeau

Présentation de l'éditeur : Dans un futur lointain, l’espèce humaine a succombé à l’Hécatombe. Reste, après l’extinction, un peuple d’automates intelligents, métamorphosés en immenses nefs stellaires. Orphelins de leurs créateurs et dieux, esseulés et névrosés, ces princes et princesses de l'espace attendent, repliés dans l’Urbs, une inéluctable invasion extraterrestre, à laquelle leur programmation les empêche de s’opposer. Plautine est l’une d’eux. Dernière à adhérer à l’espoir mystique du retour de l’Homme, elle dérive depuis des siècles aux confins du Latium, lorsqu’un mystérieux signal l’amène à reprendre sa quête. Elle ignore alors à quel point son destin est lié à la guerre que s’apprête à mener son ancien allié, le proconsul Othon. Pétri de la philosophie de Leibniz et du théâtre de Corneille, Latium est un space opera aux batailles spatiales flamboyantes et aux intrigues tortueuses. Un spectacle de science-fiction vertigineux, dans la veine d’un Dan Simmons ou d’un Iain M. Banks.




La comparaison avec Dan Simmons était vraiment juste


Quand les éditions Denoël m'ont proposé Latium pour ma sélection du mois, tu parles que j'ai dit oui. De la Science-Fiction, un nouvel auteur, on ne parle pas de la couverture, car vous savez que je suis une véritable junkie des couvertures de livres proposées par cette maison d'édition. Et une fois reçu, vous pensez bien que j'ai lu tout de suite comme une vorace pendant mes pauses midi et qu'après il fallait décidément que je vous fasse une chronique.

Ouai.

Ce que je n'avais pas lu, c'est aussi que c'était dans la même veine que Dan Simmons et j'ai lu du Dan Simmons et je vais vous dire exactement la même chose que lorsque j'ai lu la saga d'Illium (et c'est vraiment dans l'esprit). J'ai bien aimé. Mon cerveau a bien intégré le fait que la lecture était franchement sympa mais il n'a pas encore intégré toutes les informations. Parce qu'à l'image d'Illium, Romain Lucazeau nous a fait un mix de Science-Fiction à la Space opera (j'adore!) et un peu de mythologie grecque. Le tout saupoudré d'une réflexion sur l'Humanité. Il va falloir attendre quelques semaines encore pour que je vous fasse quelque chose de vraiment détaillé. Déjà, l'idée que Illium et Latium, c'était le même biz biz, j'ai mis deux trois jours avant d'intégrer le concept (il faut dire que Dan Simmons, il faut s'accrocher, et puis les deux styles sont différents tout de même). Bref, de temps en temps dans la journée, j'ai eu un flash. Et je pense que cela va continuer comme ça encore quelques temps et je le relirai dans un an. (peut être même que je vous referai une chronique, on est à l'abri de rien).


Entre Science-fiction poussée et premier roman.

Ainsi, je peux vous le dire, entre vous et mois, l'auteur a du coffre. C'est un premier roman, j'ai un peu rapé quelques fois, surtout les notes en bas de page (y'en a plus de 50 et je déteste cordialement les notes en bas de page) (note à l'auteur : preuve que j'ai bien aimé mais que j'aime râler tout de même, je les ai toutes lues !) (et j'ai appris plein de choses). Et vous allez me dire qu'en même temps, je fais pleins de parenthèses tout le temps et je vous répondrai gentiment mais fermement, que nous avons chacun nos tics. Mais pour reprendre un peu le corps de ce premier tome. Tout d'abord, il tient la route et cela, c'est bien vu ! Dans un premier roman, il est évident que l'on serait un peu tenté quand même de prendre des raccourcis, de toutes façons, les lecteurs seront indulgents.

Mais ici, Romain Lucazeau ne se moque pas de nous. Il ne nous tient pas par la main non plus, attention,vous aurez un minimum de matière grise à fournir. Et c'est très bien comme cela. Mais pourquoi, si tout est bon, je ne mets pas directement le coup de cœur ? Tout simplement parce que je pense sincèrement que Latium est de ces livres qui méritent une deuxième relecture, une fois que toutes les choses se sont posées dans votre tête. Soyez patients, parce que l'histoire vaut le coup et qu'on est en haut du panier de la Science Fiction.

Merci à l'auteur d'avoir sauté le pas, d'avoir écrit ce premier tome et j'attends le second de pieds ferme. Merci aussi aux Editions Denoël, parce que vos publications sont toujours aussi originales. Et un jour, vous me verrez sûrement camper dans vos locaux, pour pouvoir lire encore plus de vos romans.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire